Connexion

Récupérer mon mot de passe

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 5 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 5 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 42 le Mer 17 Mai 2017 - 10:32
Derniers sujets
» concours photo 21/22
par zetoff Hier à 21:13

» Pablito / Black33
par black33 Sam 26 Mai 2018 - 11:54

» La criée de la semaine
par Jonesy33 Ven 25 Mai 2018 - 21:26

» Bordeaux lac 2018
par AlexPOP Mar 22 Mai 2018 - 10:16

» concours photo 19/20
par jeff33 Dim 20 Mai 2018 - 22:05

» Bonjour a tous d'un Aveyronnais a Bruges
par Fredy33 Mer 16 Mai 2018 - 13:23

» Présenation Bebert !!
par Bebert Sam 12 Mai 2018 - 9:52

» concours photo 17/18
par Suca Lun 7 Mai 2018 - 6:45

» ah que coucou
par xtof Jeu 3 Mai 2018 - 9:42

» concours photo 15/16
par seb0410 Mer 25 Avr 2018 - 22:13

» LICENCE FFPS
par pescaillou Mar 24 Avr 2018 - 8:41

» Info partenaire - Leurre de la pêche
par mmax33 Dim 22 Avr 2018 - 10:59

» Info partenaire - Roumaillac
par mmax33 Ven 20 Avr 2018 - 18:14

» FFPS - Circuit float
par mmax33 Lun 16 Avr 2018 - 15:04

» Présentation jobi
par mmax33 Dim 15 Avr 2018 - 15:04

» Présentation Bafanax
par bafanax Mer 11 Avr 2018 - 9:29

» concours photo 13/14
par pabz Dim 8 Avr 2018 - 20:27

» Un petit nouveau
par pabz Jeu 29 Mar 2018 - 21:00

» concours photo 11/12
par seb0410 Lun 26 Mar 2018 - 8:31

» Présentation Anto33
par topaloff Ven 23 Mar 2018 - 12:18

Mai 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   

Calendrier Calendrier


30 millions de tonnes

Aller en bas

30 millions de tonnes

Message par jp le Jeu 19 Mar 2009 - 13:24

chiffres
30 millions de tonnes de poissons rejetés chaque année par-dessus bord

16 mars 2009. - - Spéciale développement durable - Selon le programme des Nations Unies pour l'environnement, les pêcheurs rejetteraient 30 millions de tonnes de poissons chaque année à la baille. La solution : mieux adapter le matériel aux besoins.
Imprimer


Abîmés, trop petits ou trop nombreux, certains poissons pêchés ne sont pas débarqués. Retour à l'eau donc ! Mais mal en point. Logées à la même enseigne, certaines espèces ne sont pas officiellement commercialisables, comme les coraux, requins et autres tortues marines. Les bateaux en rejettent 30 millions de tonnes chaque année (sur 144 millions de tonnes pêchées dans le monde en 2006). Un gaspillage dû en grande partie au "manque de sélectivité des méthodes de pêche", explique Alain Biseau, coordonnateur scientifique halieutique et responsable national à l'Institut français de recherche sur l'exploitation de la mer (Ifremer). Certains engins, comme le chalut, "raclent le fond des mers sans aucune sélectivité en termes de taille ou d'espèces".

"L'utilisation des casiers, des hameçons ou des filets, qui ciblent les espèces plus grandes, devrait être généralisée", explique le responsable halieutique. L'Ifremer promeut justement, afin de reconstituer les stocks, "une meilleure cohérence entre les quotas attribués et l'effort de pêche, notamment en modifiant la capacité des flottilles", précise-t-il. Car en l'état actuel, on observe une "surcapacité des flottes par rapport aux disponibilités des ressources, qui sont dans un état très bas pour certaines".

- "Une dizaine d'années au minimum sont nécessaires pour connaître l'état des stocks de poissons" -

Des plans de sortie de flotte sont le moyen le plus radical de réduire l'effort de pêche. "L'administration attribue des aides financières aux pêcheurs pour qu'ils cassent leurs bateaux, ce qui est un moyen simple mais extrêmement douloureux d'un point de vue socio-économique, avec les conséquences sur le chômage qu'on imagine", observe l'expert. Le moyen le plus "durable" consiste sans doute à jouer sur la politique des quotas. "On pourrait envisager une allocation individuelle des droits, comme en Islande ou en Nouvelle-Zélande", suggère Alain Biseau. Et ce, sans faire fi des questions qu'une telle attribution pourrait poser, comme "les critères choisis ainsi que la question des échanges de quotas qui pourraient avoir des impacts socio-économiques indésirables".

Actuellement, les droits sont alloués par pays et par organisation de producteurs. Ceux-ci sont basés sur les avis de scientifiques, dont ceux du Conseil international pour l'exploration de la mer qui fédère les diagnostics pour environ 150 stocks de poissons. Les données proviennent des débarquements des pêcheurs, et des campagnes de recherche. Mais personne n'a assez de recul aujourd'hui pour connaître l'état exact de ces ressources "renouvelables". Et pour cause : le temps manque.

"Les séries historiques longues, une dizaine d'années au minimum, sont nécessaires pour évaluer les taux de reproduction, de migration, etc. et donc l'état d'un stock, afin de modéliser son évolution", prévient Alain Biseau. Si les "stocks historiques de la morue sont assez bien connus, ainsi que ceux du thon rouge, dont certaines données remontent jusqu'au XVIIème siècle, on en sait relativement peu sur la majorité des autres espèces".

La connaissance du milieu marin n'en est qu'au stade foetal. Stopper purement et simplement les prélèvements n'est pas la panacée, dans la mesure où les facteurs environnementaux, qui jouent sur les populations, sont encore mal connus, comme l'illustre l'exemple de l'anchois du Golfe de Gascogne. Malgré l'interdiction de pêche depuis 2005, ses stocks ne se reconstituent pas. Sans que les chercheurs n'aient encore compris pourquoi.



Par Diana Semaska
avatar
jp
super poster
super poster

Masculin
Lion Nombre de messages : 4999
Age : 65
Localisation : 33
Emploi/loisirs : retraité
Humeur : bofffffffffff

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum