Connexion

Récupérer mon mot de passe

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 5 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 5 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 42 le Mer 17 Mai 2017 - 10:32
Derniers sujets
» concours photo 21/22
par zetoff Hier à 21:13

» Pablito / Black33
par black33 Sam 26 Mai 2018 - 11:54

» La criée de la semaine
par Jonesy33 Ven 25 Mai 2018 - 21:26

» Bordeaux lac 2018
par AlexPOP Mar 22 Mai 2018 - 10:16

» concours photo 19/20
par jeff33 Dim 20 Mai 2018 - 22:05

» Bonjour a tous d'un Aveyronnais a Bruges
par Fredy33 Mer 16 Mai 2018 - 13:23

» Présenation Bebert !!
par Bebert Sam 12 Mai 2018 - 9:52

» concours photo 17/18
par Suca Lun 7 Mai 2018 - 6:45

» ah que coucou
par xtof Jeu 3 Mai 2018 - 9:42

» concours photo 15/16
par seb0410 Mer 25 Avr 2018 - 22:13

» LICENCE FFPS
par pescaillou Mar 24 Avr 2018 - 8:41

» Info partenaire - Leurre de la pêche
par mmax33 Dim 22 Avr 2018 - 10:59

» Info partenaire - Roumaillac
par mmax33 Ven 20 Avr 2018 - 18:14

» FFPS - Circuit float
par mmax33 Lun 16 Avr 2018 - 15:04

» Présentation jobi
par mmax33 Dim 15 Avr 2018 - 15:04

» Présentation Bafanax
par bafanax Mer 11 Avr 2018 - 9:29

» concours photo 13/14
par pabz Dim 8 Avr 2018 - 20:27

» Un petit nouveau
par pabz Jeu 29 Mar 2018 - 21:00

» concours photo 11/12
par seb0410 Lun 26 Mar 2018 - 8:31

» Présentation Anto33
par topaloff Ven 23 Mar 2018 - 12:18

Mai 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   

Calendrier Calendrier


oxygéne commence à manquer

Aller en bas

oxygéne commence à manquer

Message par jp le Dim 5 Oct 2008 - 18:18

[color:4875=#000] 8/10Le 4 octobre 2008 à 15h38



function chge_actions(changement){
document.getElementById('actions_type').innerHTML = changement;
}




Dans l'océan mondial, les zones mortes s’étendent étonnamment rapidement


Par Jean Etienne, Futura-Sciences

Sur le même sujet




L’extension des « zones mortes », régions océaniques où l'oxygène devient trop rare pour les organismes vivants, a déjà été rapportée. Mais une nouvelle étude révèle un impact beaucoup plus sévère à court terme sur les écosystèmes.

Observées depuis la fin des années 1990 par les Etats-Unis et en mer Baltique notamment, les « zones mortes, » ou OMZ (open-ocean oxygen-minimum zones, ou Zones de Minimum d’Oxygène) font l'objet d'une attention particulière. Ce terme désigne de vastes régions dites hypoxiques, c’est-à-dire déficitaires en oxygène dissous. Certaines d’entre elles sont d’origine naturelle, notamment en Mer Noire où la carence en oxygène perdure depuis des millions d’années, ou encore dans les grandes profondeurs marines. Mais l’activité humaine et ses conséquences indirectes en entraînent aujourd’hui la prolifération à une échelle que notre planète n’a jamais connue, excepté lors de certaines catastrophes climatiques marquées par des extinctions majeures.

En 2004 déjà, le nombre de zones mortes avait été estimé à 150 dans le monde, alors que leur nombre était négligeable en 1970. Aujourd’hui, elles s’accroissent, non seulement en nombre mais surtout en superficie, d’environ 5% par an.

Accroissement du nombre de zones mortes du début du siècle à nos jours. Crédit PNAS




L’apparition des premières zones mortes avait été attribuée principalement aux apports de fertilisants agricoles, notamment azotés, ainsi que l’écoulement des nutriments et de la matière organique induite par la dégradation des sols agricoles. D’autres cultures destinées à la production de biocarburant et non soumises à réglementation car non destinées à l’alimentation humaine, subissent des traitements particulièrement intensifs et aggravent encore le phénomène, comme le maïs mexicain responsable de l'hypoxie constatée dans le nord du Golfe du Mexique.

Mais il y a d'autres causes...

La pollution chimique n’est pas seule en cause, et il est admis que la turbidité de l’eau, autrement dit la perte de transparence causée par d’autres pollutions ou par son eutrophisation empêche la pénétration du rayonnement solaire, inhibant la photosynthèse planctonique et augmentant la carence en oxygène.

Après les premières zones mortes constatées dans la baie de Chesapeake (est des Etats-Unis) et dans les fjords scandinaves, d’autres sont apparues au large de l’Amérique du Sud, mais aussi dans les mers entourant le Ghana, la Chine, le Japon, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, le Portugal et plus récemment de la Grande-Bretagne.

Si l’hypothèse biologique et chimique est bien la plus consensuelle, le réchauffement climatique joue aussi un rôle dans l’apparition de zones mortes. L’oxygène, en effet, se dissout moins bien dans une eau réchauffée que dans une eau froide, une élévation de température accélére donc la survenue d'une hypoxie.

Des espèces moins résistantes qu’on le pensait

« Les organismes marins sont plus vulnérables au manque d'oxygène qu'on ne le pensait jusqu'ici, en particulier les poissons et les crustacés », insiste Raquel Vaquer Suñer, de l'Institut méditerranéen d'études avancées (Espagne), auteur principale de l’article publié dans les Pnas.

Des estimations bien trop optimistes

La plupart des scientifiques estimaient jusqu’il y a peu qu’une zone morte pouvait se créer lorsque le taux d’oxygène contenu dans l’eau de mer descendait sous les 2 milligrammes par litre. Mais il apparaît aujourd’hui que certaines espèces souffrent bien plus de ce manque. Certaines larves de crabe vivant dans les eaux orientales des Etats-Unis et du Canada ressentent cette carence dès que le taux descend au-dessous de 8,6 mg/litre, soit à peine moins que le niveau normal pour la région.

Alors qu’il était difficile de différencier l’impact des pollutions chimiques de celui de l’hypoxie sur la faune aquatique, on a pu établir, par voie expérimentale notamment, que le manque d’oxygène se répercutait sévèrement sur les facultés reproductrice des animaux, par la voie de l’infertilité, mais aussi par la réduction de la taille des organes reproducteurs et du nombre d’œufs. Des phénomènes hormonaux sont aussi mis en évidence.

Les chercheurs font appel, via l’article du PNAS, afin que le taux considéré comme incompatible avec la vie marine soit relevé de 2 mg/litre à 4,6 mg/litre.
avatar
jp
super poster
super poster

Masculin
Lion Nombre de messages : 4999
Age : 65
Localisation : 33
Emploi/loisirs : retraité
Humeur : bofffffffffff

Revenir en haut Aller en bas

Re: oxygéne commence à manquer

Message par Invité le Dim 5 Oct 2008 - 22:59

jp a écrit:Les chercheurs font appel, via l’article du PNAS, afin que le taux considéré comme incompatible avec la vie marine soit relevé de 2 mg/litre à 4,6 mg/litre.

Loool!
Meme a 4.6 mg/L on est loin du compte...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum