Connexion

Récupérer mon mot de passe

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 5 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 5 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 42 le Mer 17 Mai 2017 - 10:32
Derniers sujets
» Inscriptions repas bordeaux lac 2017
par zetoff Hier à 22:44

» Bordeaux lac 2017
par jeff33 Hier à 21:04

» La criée de la semaine
par alex33 Ven 11 Aoû 2017 - 7:55

» Un petit bonjour
par Billy Jeu 10 Aoû 2017 - 10:08

» Pour les nouveaux
par xtof Mer 9 Aoû 2017 - 9:08

» Petit nouveau :-)
par Jazy Ven 4 Aoû 2017 - 10:10

» Présentation Alex PESSAC
par Symbioth Mar 1 Aoû 2017 - 20:48

» Pti nouveau
par Symbioth Mar 1 Aoû 2017 - 20:32

» Bonsoir à tous
par Jazy Mar 1 Aoû 2017 - 17:25

» National Bass
par mmax33 Sam 22 Juil 2017 - 12:58

» Licences FFPS 2017
par mmax33 Jeu 6 Juil 2017 - 9:15

» présentation
par Jazy Mer 5 Juil 2017 - 13:43

» concours photo 26/27
par jeff33 Dim 2 Juil 2017 - 13:46

» J'me présente...
par Hilarion Mer 28 Juin 2017 - 9:50

» bonjour a tous !!!
par Jazy Mer 28 Juin 2017 - 9:48

» Et pourquoi pas la pêche
par Jazy Mer 28 Juin 2017 - 9:47

» concours photo 24/25
par jeff33 Lun 26 Juin 2017 - 19:53

» Recherche équipier circuit bateau FFPS
par mmax33 Ven 23 Juin 2017 - 17:50

» concours photo semaine 22/23
par jeff33 Dim 11 Juin 2017 - 23:31

» Présentation Jazy
par pascal Sam 10 Juin 2017 - 9:43

Août 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   

Calendrier Calendrier


du mercure à hourtin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

du mercure à hourtin

Message par jp le Sam 11 Fév 2012 - 10:01

Lac d'Hourtin (Gironde) : du mercure retrouvé dans les poissons



Les plantes invasives ont-elles à voir avec ce toxique trouvé dans leurs chairs ?.




Le 27 janvier, la préfecture de la Gironde avait lancé un bulletin d'alerte, déconseillant la consommation de sandre pêché dans le lac d'Hourtin-Carcans dans le Médoc. (photo archives j. l.)


Il y a quatre ans, l'analyse des chairs d'un brochet d'environ un mètre pêché dans le lac de Cazaux-Sanguinet révélait la présence de mercure, un métal lourd toxique pour l'organisme. À l'automne, des analyses effectuées sur du brochet et du sandre pêchés dans le lac d'Hourtin-Carcans dans le Médoc ont mis en lumière le même problème. Au point de pousser la préfecture de la Gironde à lancer un bulletin d'alerte le 27 janvier dernier, déconseillant la consommation de sandre pêché dans le lac, « notamment aux femmes enceintes, à celles qui allaitent et aux enfants en bas âge ».



Qu'y a-t-il de commun entre ces deux événements ? Les écosystèmes, de vastes lacs d'eau douce à l'écart des sites industriels. Les poissons examinés, des prédateurs en bout de chaîne alimentaire qui « bio-accumulent » les toxiques tout au long de leur vie. Les concentrations relevées, qui sont préoccupantes sans témoigner d'une pollution délirante : 0,84 milligramme (mg) par kilo de poisson frais à Cazaux-Sanguinet, 1 mg pour le brochet et 1,4 mg pour le sandre à Hourtin-Carcans. La norme européenne « fixe une teneur maximale de 0,5 mg par kilo de poids frais dans la chair musculaire de certains poissons, dont le sandre », rappelle l'Agence régionale de santé (ARS).




Il y a quatre ans, c'est une association de pêcheurs, la Société des amis de Navarrosse (un lieu dit à Biscarrosse), qui avait porté l'affaire sur la place publique en diligentant elle-même des analyses auprès d'un laboratoire. Depuis, elle suit le dossier. « De nouvelles analyses effectuées jusqu'en 2010 témoignent à nouveau de la présence de mercure dans les poissons. Plus le poisson est gros, plus la concentration en mercure est élevée. Sur des poissons plus petits, on est dans les clous », indique Jacques Laffargue, un des membres fondateurs de l'association.

Une étude en cours

La suite de l'histoire pourrait intéresser les habitués du lac d'Hourtin-Carcans. Saisi du problème sur Cazaux-Sanguinet, le Conseil général des Landes a financé une thèse de doctorat pour y voir clair. Attention, son intitulé peut donner mal à la tête à ceux qui fréquentent peu les laboratoires : « les microorganismes sulfato-réducteurs colonisant les racines de macrophytes aquatiques : diversité, risques liés à la méthylation du mercure et son transfert vers la chaîne trophique ».

Mené par Sophie Gentes, une doctorante de l'équipe « environnement et microbiologie » de l'Iprem (Université de Pau et des Pays de l'Adour/CNRS), ce travail devrait être achevé cette année. Il porte sur l'étang de Cazaux-Sanguinet, sur celui d'Aureilhan plus au sud et sur un de ses affluents, l'Escource. L'étude s'effectue en collaboration avec l'équipe « écotoxicologie aquatique » d'Epoc (Bordeaux 1/CNRS), basée à la station marine d'Arcachon.

Sur les plantes invasives

Les scientifiques ne pointent pas du doigt un apport massif de mercure dans l'environnement des lacs, ce qui est rassurant. Il est naturellement présent partout, surtout à cause du volcanisme qui l'expulse dans l'atmosphère. « L'idée principale, c'est qu'il y a des bactéries capables de transformer le mercure inorganique, celui du thermomètre qui pénètre difficilement dans les organismes, en méthylmercure qui, lui, se fixe dans les chairs », explique Régine Maury-Brachet, de l'équipe Epoc.

La particularité tient dans le rôle joué par les plantes aquatiques invasives qui ont peu à peu colonisé les lacs. On désigne ainsi des plantes, comme la jussie et sa splendide fleur jaune, qui ont été importées pour leurs qualités ornementales avant de s'acclimater dans le milieu naturel. Et qu'on peine maintenant à éliminer. « Ce sont les bactéries fixées sur les racines de ces plantes qui sont capables de transformer le mercure, même si celui-ci est à concentration très faible », précise Régine Maury-Brachet. « On est parti de zéro, on n'avait rien sur le sujet. On a été orienté sur cette piste par des études étrangères », indique de son côté Sophie Gentes.

Ces travaux ne portent que sur le périmètre restreint des lacs landais. Aussi les scientifiques ne risquent-ils aucune explication au problème constaté à Hourtin-Carcans. Reste que la coïncidence est troublante. La préfecture de la Gironde a décidé de lancer une enquête sur « la recherche des sources potentielles de contamination ». Nul doute que le rôle des plantes invasives sera soigneusement soupesé
avatar
jp
super poster
super poster

Masculin
Lion Nombre de messages : 4999
Age : 65
Localisation : 33
Emploi/loisirs : retraité
Humeur : bofffffffffff

Revenir en haut Aller en bas

Re: du mercure à hourtin

Message par Invité le Sam 11 Fév 2012 - 10:25

Merci JP de suivre l'affaire! Effectivement cela est très intéressant à savoir!
Greg, si tu passes par là, qu'en penses tu? Je crois que ce genre d’étude est dans ton champ de compétences pro non?
Halieutiquement

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: du mercure à hourtin

Message par Greg le Sam 11 Fév 2012 - 14:07

J'aimerais te dire que oui... mais pas du tout Smile
J'ai quitté il y a longtemps le domaine de l'eau dans l'environnement pour passer du coté obscur, à savoir l'eau en milieu urbain... Et pis j'ai arrêté les études bieeeeeeen avant le doctorat Very Happy

L'ecotoxicologie est une science très spécifique, et dans ce cas précis il s'agit en plus d'un thème de recherche encore peu exploré.
Cela dit, via des documentaires très intéressants sur la fievre de l'or en Amérique du sud, j'avais un peu entendu parler de la méthylation du mercure, qui lui permet de se diffuser plus facilement dans les cellules que sous ses autres formes chimiques. Cette méthylation etait effectivement générée par des micro-organismes, mais dans ces milieux la colonisation se faisait essentiellement sur les nombreux arbres et branches immergés, ce qui peut laisser supposer que les micro-organismes responsables sont susceptibles de se développer n'importe où à partir du moment où ils peuvent se fixer. Il semble donc que l'invasion de nos lacs par certaines espèces végétales n'est pas l'origine du problème (comme l'article le laisse entendre), mais un catalyseur. Un substrat particulier comme l'alios (solide et poreux), permet peut-être lui aussi une bonne fixation des micro-organismes... Par contre, il faut reconnaitre que les matières en suspension (susceptibles de transporter du mercure) sont facilement piégées par les plantes, et s'y accumulent, favorisant la rencontre entre micro-organismes et mercure...

En cherchant un peu sur Gogole, j'ai trouvé cette thèse super intéressante: http://grenet.drimm.u-bordeaux1.fr/pdf/2006/DOMINIQUE_YANNICK-_2006.pdf
C'est long et pas toujours facile à comprendre, mais pour ceux qui s’intéressent vraiment à cette histoire de mercure et qui désirent approfondir leurs connaissances sur le sujet, ça leur plaira
avatar
Greg
perche
perche

Masculin
Lion Nombre de messages : 215
Age : 35
Localisation : St-Aubin de Médoc
Emploi/loisirs : Chargé d'études gestion de l'eau

http://sudwestfishing.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: du mercure à hourtin

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum